Toutes les questions
Votre audition
Votre vue
Lunettes
Lentilles
Verres
Quelles précautions prendre pour prévenir une baisse de l’audition ?

La seule véritable mesure que l’on puisse prendre pour protéger ses oreilles est d’éviter l’exposition aux sons forts. Les bruits de niveau modéré, même gênants, ne sont pas une cause de surdité. Une bonne hygiène de vie constitue également un élément favorable à la conservation d’une bonne audition.

Quels sont les premiers signes d’une baisse d’audition ?

L’un des premiers signes d’une baisse d’audition est une mauvaise compréhension des conversations à plusieurs (lors de repas, de réunions, etc.), dans un environnement bruyant ou devant la télévision. Par la suite, lorsque la baisse de l’audition se poursuit, on règle le son de la télévision de manière anormalement élevée, on parle souvent un peu trop fort, puis on perd de plus en plus le fil des conversations.

Faut-il appareiller une ou deux oreilles ?

Dans la majorité des cas, la perte auditive est bilatérale. L’appareillage stéréophonique ou bilatéral sera le mieux adapté pour percevoir de nouveau les sons de votre environnement. Il améliore la localisation des sons, l’appréciation des distances et favorise une meilleure compréhension de la parole.

Qu’est-ce qu’une aide auditive numérique ?

Aujourd’hui, toutes les aides auditives sont numériques. Cette technologie amplifie les sons de façon plus claire et plus naturelle que les technologies précédentes. L’appareil est équipé d’un micro-processeur qui analyse le son pour l’adapter automatiquement au besoin auditif et à l’environnement du porteur.

Comment fonctionne une prothèse auditive ?

L’aide auditive capte tous les sons grâce à un microphone. La puce électronique de l’aide auditive trie alors ces sons et sépare la parole des bruits « parasites » (comme le vent, la circulation automobile, etc.). L’aide auditive amplifie ensuite le son filtré au niveau requis pour l’écoute de la personne, et le transmet à l’oreille grâce à un écouteur. Plus la technologie est récente, plus la puce est performante et permet davantage de confort, d’écoute naturelle et de relief dans tous les environnements.

Faut-il prévoir un temps d’adaptation aux aides auditives ?

Oui, un temps d’adaptation est à prévoir pour que le porteur puisse se familiariser avec ses aides. C’est pourquoi Écouter Voir propose une période d’essai de 1 mois* dans ses centres.

*Sur prescription médicale délivrée par un médecin généraliste ou un ORL datant de moins de 6 mois. Les conditions de prêt peuvent être variables en fonction du centre, il convient que vous vous fassiez détailler celles-ci par votre audioprothésiste.

Quels sont les premiers signes d’une baisse de l’audition ?

Les signes annonciateurs d’une perte auditive sont nombreux et peuvent passer inaperçus au début ! La baisse de l’audition est souvent un phénomène progressif, la personne atteinte apprend à compenser sa baisse auditive au quotidien. L’entourage est donc souvent le premier à s’en apercevoir !

  • Vous êtes sensibles aux bruits, même lorsqu’ils ne gênent pas les autres ;
  • Vous entendez parfois des sifflements sans raison ;
  • Vous avez tendance à écouter votre téléviseur, vos écouteurs plus fort ;
  • Vous faites souvent répéter ;
  • Vous avez du mal à suivre une conversation à plusieurs ;
  • Vous ne comprenez pas votre interlocuteur s’il ne vous parle pas de face.
Que faire pour corriger une baisse d’audition et à quel moment consulter ?

La première chose est de consulter rapidement un médecin ORL qui fera le diagnostic et indiquera si la cause de la surdité peut bénéficier d’un traitement ou être opérée. Dans les autres cas, et lorsque la perte auditive le nécessite, il pourra prescrire le port d’aides auditives.

Les personnes âgées sont-elles les seules à présenter des troubles auditifs ?

Il est vrai que 66 % des plus de 50 ans présentent des troubles de l’audition. Mais nous sommes de plus en plus jeunes à mal entendre. Notre vie moderne malmène nos oreilles (exposition aux bruits, volume sonore élevé etc.). Pourtant, pour préserver votre audition, de simples précautions suffisent : bouchons anti-bruit, etc. Au moindre doute, n’hésitez pas à prendre rendez-vous dans un centre Écouter Voir pour un premier bilan.

Quelles précautions prendre pour prévenir une baisse de l’audition ?

La seule véritable mesure que l’on puisse prendre pour protéger ses oreilles est d’éviter l’exposition aux sons forts pendant le travail ou les loisirs. Les bruits de niveau modéré même gênants ne sont pas une cause de surdité. Une bonne hygiène de vie constitue également un élément favorable à  la conservation d’une bonne audition.

J’entends bien, mais je comprends mal. Pourquoi ?

La baisse de l’audition commence parfois par une difficulté quotidienne à comprendre certains mots, ou certaines personnes qui prononcent mal. Le plus prudent, serait de réaliser un dépistage gratuit dans l’un de nos centres Écouter Voir. Ce premier rendez-vous permettra à l’audioprothésiste de vous orienter vers un médecin ORL qui réalisera un examen complémentaire si besoin.

J’entends moins bien sans que ce soit handicapant, dois-je faire quelque chose ?

En cas de perte auditive, même légère, il est impératif d’agir au plus tôt. En effet, votre adaptation à un éventuel appareillage se fera d’autant plus facilement que votre perte est minime. Un appareillage adapté vous aidera à préserver votre audition et empêchera que la perte ne s’aggrave.

Essayer avant d’acheter

L’essai de 30 jours proposé par nos centres constitue une bonne période d’adaptation pour vous familiariser avec votre aide auditive et vous rééduquer à tous les bruits. Vous allez retrouver toute une palette de sons que vous aviez oubliés. Il faut d’abord vous exercer à bien positionner l’appareil. Il est nécessaire au début de bien vous concentrer sur l’écoute et de tester les niveaux sonores avec votre entourage.

Il paraît que les aides auditives ont tendance à siffler ?

Le sifflement, ou effet Larsen, n’est plus d’actualité aujourd’hui. Les appareils auditifs sont désormais aussi puissants que précis. Votre audioprothésiste mutualiste effectue toujours les réglages qui garantissent votre écoute et votre confort.

Que faire en cas de panne ?

Le plus souvent, il suffit de changer la pile ou de vérifier que l’appareil est bien en mode «  marche ». En cas de panne mécanique, nous vous proposons une assurance complète de votre aide auditive (incluant la panne et la perte). Demandez conseil à votre audioprothésiste mutualiste.

Acheter sur Internet, est-ce risqué ?

Quelle que soit sa qualité, un appareil auditif n’est rien sans un réglage parfait et un entretien régulier. Les appareils vendus sur Internet le sont rarement avec ce genre de services indispensables. Les audioprothésistes mutualistes vous conseillent l’appareil le mieux adapté à votre besoin, ils vous accompagnent également sur le long terme en assurant les réglages et l’entretien nécessaires.

Comment se passe l’appareillage chez un audioprothésiste ?

Une fois que votre médecin ORL vous a prescrit un appareil auditif, votre audioprothésiste mutualiste réalise les examens nécessaires à votre appareillage. L’appareil que vous choisissez ensemble vous est prêté, afin que vous puissiez l’essayer chez vous. Grâce à cet essai, l’audioprothésiste mutualiste réalise les derniers réglages utiles. Durant tout le processus, votre audioprothésiste mutualiste se charge également de toutes les démarches administratives (sécurité sociale, mutuelles).

Qu’est-ce que comprend le prix d’un équipement auditif ?

Votre appareil auditif vous est vendu avec tous les réglages et l’adaptation nécessaires à votre confort. Vous pouvez ainsi prendre rendez-vous avec votre audioprothésiste pour des contrôles et des réglages réguliers de votre appareil.

Pourquoi une telle différence de prix d’une aide auditive à l’autre ?

La gamme des appareils auditifs est aujourd’hui très étendue. Leur prix dépend de nombreux facteurs : puissance, miniaturisation, connectivité etc. En fonction de votre perte auditive, et selon votre besoin, votre audioprothésiste vous aide à choisir l’aide auditive qui vous convient, parmi tous les modèles existants.

Peut-on changer d’audioprothésiste en cours de traitement ?

Votre audioprothésiste vous accompagne au cours de votre appareillage. Il connaît votre besoin et sait y répondre. Afin de faciliter son suivi et de garantir votre satisfaction, nous vous conseillons de ne pas changer d’audioprothésiste en cours d’appareillage.

Comment entretenir votre aide auditive ?

Il convient de nettoyer l’intra ou l’embout de votre contour de façon régulière, avec une solution spéciale conseillée par votre audioprothésiste. Une gamme de produits Écouter Voir a été spécialement conçue pour vous. Nous vous conseillons de préserver particulièrement vos appareils du cérumen, et l’humidité. Pour cela, nettoyez quotidiennement le cérumen présent sur votre embout. Pensez également aux gobelets déshydratants, qui préservent les circuits électroniques miniaturisés de votre appareil de l’humidité. Le suivi (nettoyage, réglage de l’appareil…) est effectué gratuitement par votre audioprothésiste, sans limitation de durée.

N’est-ce pas gênant de les porter toute la journée ?

Non, bien au contraire ! Grâce à vos appareils, vos nerfs auditifs et la partie du cerveau qui traite l’audition sont stimulés en permanence. Cette stimulation auditive quotidienne préserve votre capital auditif et limite votre perte auditive.

Je suis jeune, j’ai peur qu’on me voie comme un handicapé

Les appareils auditifs sont aujourd’hui petits et discrets. Ils passent donc le plus souvent inaperçus. Grâce à votre appareil, vous restez connectés avec le monde. Il vous permet de suivre les conversations et de communiquer avec les autres.

Les acouphènes, qu’est-ce que c’est ?

Ce petit bruit parasite, sifflement, bourdonnement, est perçu alors que l’oreille ne reçoit pas de son. Ses causes peuvent être multiples : trouble auditif, traumatisme de l’oreille, problèmes dentaires, dérèglement hormonal, stress, etc.

En quoi consiste une aide auditive ?

La gamme très large des aides auditives facilite le quotidien des personnes malentendantes de tout âge. Ces appareils miniaturisés sont délivrés sur prescription médicale d’un médecin ORL. Le choix et le réglage de ces appareils hyper sophistiqués sont effectués par l’audioprothésiste, en fonction des besoins de chacun.

Un amplificateur, qu’est-ce que c’est ?

L’amplificateur est un des éléments constitutifs d’une aide auditive (ou d’une enceinte). Son rôle est d’augmenter le niveau sonore. Le son est transformé en signal sonore par un microphone, ce signal est amplifié numériquement par l’amplificateur avant d’être de nouveau transformé en son par un haut parleur ou un écouteur.

Un audiogramme, qu’est-ce que c’est ?

Lors d’un bilan auditif, le médecin ORL réalise notamment un audiogramme. Cet examen teste l’audition en soumettant l’oreille à des niveaux sonores et à des fréquences différentes. Le résultat de cet examen prend la forme d’une courbe, qui caractérise le profil auditif du sujet. Si un appareillage auditif s’avère nécessaire, l’audiogramme permet à l’audioprothésiste mutualiste de choisir l’aide auditive adaptée et d’effectuer les premiers réglages.

Un audiogramme tonal, qu’est-ce que c’est ?

Ce graphique, réalisé par un médecin ORL, représente la perte auditive (exprimée en décibels audiométriques, en fonction de la fréquence du son). L’analyse de ce document peut amener le médecin à diagnostiquer une surdité. L’audiogramme tonal est également utile à l’audioprothésiste mutualiste en cas d’appareillage.

Un audiogramme vocal, qu’est-ce que c’est ?

Sous forme d’un graphique, l’audiogramme vocal représente le pourcentage de mots ou de phrases compris, en fonction de différents niveaux sonores. Ce test permet de quantifier l’aptitude d’une personne malentendante à comprendre la parole.

L’audiométrie, qu’est-ce que c’est ?

Ensemble de mesures qui offrent une étude complète de l’audition. On distingue deux catégories de tests : l’audiométrie tonale et l’audiométrie vocale.

L’audiophonologie, qu’est-ce que c’est ?

Cette discipline étudie l’audition, la phonation la parole et le langage de l’homme. Elle prend en compte les aspects anatomique, physiologique, psychologique, phonétique, et sociologique de la communication humaine.

Un audioprothésiste, qu’est-ce que c’est ?

Cet expert de l’audition conçoit et adapte les appareils auditifs prescrits par le médecin ORL. Il accompagne ainsi aussi bien les personnes malentendantes au cours de leur appareillage que leurs proches. Il intervient également afin de nous aider à préserver notre audition à tout âge (dépistage, bouchons anti-bruit etc.).

L’audition, qu’est-ce que c’est ?

Perception et compréhension des sons par nos oreilles et notre cerveau. L’audition est à la base de notre communication avec l’autre en permettant l’acquisition du langage.

Une boucle magnétique, qu’est-ce que c’est ?

Cet outil est particulièrement utile aux personnes malentendantes équipées d’une aide auditive. Disponibles uniquement sur les prothèses analogiques (en position T), la boucle magnétique capte les sons (d’un spectacle par exemple) de façon amplifiée afin d’offrir un confort d’audition à la personne appareillée.

Le bruit, qu’est-ce que c’est ?

Le bruit est un son devenu gênant de par son niveau élevé ou sa fréquence. Le bruit peut être nocif pour la santé, car il est une source reconnue de stress. Faute de protection, une exposition quotidienne et trop forte au bruit peut dégrader votre audition (perte auditive, acouphènes etc.). Pour toute information, demandez conseil à votre audioprothésiste mutualiste, il vous aidera à vous protéger du bruit.

La cochlée, qu’est-ce que c’est ?

La cochlée fait partie de l’oreille interne. Cet organe creux en forme d’escargot constitue la dernière étape avant le nerf auditif. Une altération de la cochlée (choc, malformation etc.) peut entraîner des troubles de l’audition.

Les décibels, qu’est-ce que c’est ?

Le décibel est l’intensité sonore grâce à laquelle on mesure le bruit. Le décibel quantifie les niveaux d’ambiance sonore : 0 décibel est le seuil de l’audition de l’oreille humaine (aucun son n’est perçu en dessous), 140 décibels correspondent à un bruit insupportable, cause de dommages irréparables pour l’oreille.

La déficience auditive, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une altération, voire d’une suppression, de la sensation auditive. Cette perte sensorielle est mise en évidence par un audiogramme tonal, un examen réalisé par votre médecin ORL. De nombreuses solutions existent pour corriger une déficience auditive. Elles sont adaptées par votre audioprothésiste mutualiste.

À quoi correspond la fréquence ?

La fréquence donne le nombre de vibrations par seconde d’un phénomène vibratoire, tel que le son (son unité est le Hertz). L’oreille humaine (non malentendante) perçoit les vibrations acoustiques comprises entre 20 et 20 000 Hertz.

L’hyperacousie, qu’est-ce que c’est ?

Synonyme d’une forte sensibilité aux bruits, l’hyperacousie peut être le signe d’une perte auditive. Si vous êtes gênés par des sons qui ne sont pas normalement désagréables, consultez votre médecin ORL ou un audioprothésiste mutualiste pour un dépistage.

L’intra-auriculaire, qu’est-ce que c’est ?

Cet appareil auditif miniaturisé se loge dans l’oreille. Très discret et confortable, il est réalisé sur mesure par votre audioprothésiste mutualiste.  Son bon fonctionnement est garanti par un entretien rigoureux et régulier.

La langue des signes, qu’est-ce que c’est ?

Inventée au XVIII siècle en France, la langue des signes permet aux sourds profonds de communiquer, sans oraliser. Pendant longtemps, elle a été indispensable à tous ceux qui n’avaient pu acquérir le langage durant leur enfance. Aujourd’hui, elle s’ajoute aux moyens de communication offerts aux sourds et les aide à communiquer avec leur entourage.

Que veut dire « malentendant » ?

Terme générique qui qualifie toute personne souffrant de troubles de l’audition, quels que soient son âge et la cause de sa perte auditive.

L’oreille, qu’est-ce que c’est ?

Organe de l’audition, elle se compose de trois parties : l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne. Son rôle est de capter les sons et de les conduire jusqu’au nerf auditif, ce dernier transmet l’information au cerveau, qui l’analyse en audition.

L’oreille externe, qu’est-ce que c’est ?

Aussi appelée oreille visible, elle se compose du pavillon et du conduit auditif. L’oreille externe capte la vibration sonore et la conduit jusqu’au tympan.

L’oreille interne, qu’est-ce que c’est ?

Elle est composée de 2 organes : la cochlée participe à l’audition et le vestibule constitue l’organe de l’équilibre.

L’oreille moyenne, qu’est-ce que c’est ?

Cette partie intermédiaire de l’oreille relie l’oreille externe à la cochlée. Les petits osselets présents dans l’oreille moyenne amplifient la vibration et la transmettent au milieu liquide de la cochlée.

Une otite, qu’est-ce que c’est ?

Maladie de l’oreille qui peut entraîner son inflammation voire son infection. Chez un nourrisson ou un enfant, une otite grave peut endommager l’oreille et conduire à une perte auditive.

Un otoscope, qu’est-ce que c’est ?

Appareil d’observation lumineux grâce auquel on observe le tympan. L’otoscope est utilisé par le médecin ORL ou l’audioprothésiste en consultation.

La presbyacousie, qu’est-ce que c’est ?

Perte auditive liée à l’âge, la presbyacousie apparaît le plus souvent après 60 ans. L’usure naturelle du système auditif (oreille, nerf auditif) entraîne alors des troubles de l’audition, le plus souvent des deux oreilles. Principale cause de trouble auditif en France, la presbyacousie peut être retardée grâce à une hygiène de vie saine et une prévention de la santé auditive. En cas de doute, consultez votre audioprothésiste mutualiste pour un bilan auditif.

La trompe d’Eustache, qu’est-ce que c’est ?

Ce petit conduit qui relie l’oreille moyenne au fond de la bouche équilibre la pression exercée sur les faces du tympan.

Le tympan, qu’est-ce que c’est ?

Cette membrane qui sépare le conduit auditif externe de l’oreille moyenne est reliée à la fenêtre ovale par les osselets.

L'accommodation, qu’est-ce que c’est ?

Capacité de l’oeil à voir nettement des objets à des distances différentes grâce à la déformation du cristallin.

L’acuité visuelle, qu’est-ce que c’est ?

Faculté de la vue de distinguer des détails très fins. L’acuité se mesure en dixième : de 0 à 15. Une acuité de 10/10ème correspond à une vision courante permettant de distinguer une lettre de 7,3 mm à 5 m.

L’amétropie, qu’est-ce que c’est ?

Les défauts visuels ou amétropies sont des troubles dus à une anomalie du système optique formé par la cornée, le cristallin et la rétine. Dans un œil normal, le point focal de l’ensemble cornée-cristallin est situé sur la rétine. En vision de près, le pouvoir d’accommodation du cristallin (qui se bombe), permet d’avancer le point focal devant la rétine pour conserver une concentration sur la rétine des rayons lumineux qui ne sont plus parallèles, mais divergents. L’absence de défaut visuel se nomme emmétropie.

L’astigmatisme, qu’est-ce que c’est ?

Défaut visuel qui entraîne une gêne de loin et de près, l’astigmatisme est généralement dû à une forme irrégulière de la cornée, la partie antérieure de l’œil.

La basse vision, qu’est-ce que c’est ?

La basse vision est une spécialité de l’optique lunetterie. Votre opticien recherche alors les solutions optiques qui améliorent le quotidien de sujets atteints par de graves pathologies visuelles. Il peut faire essayer et commander des loupes éclairantes, des filtres de couleurs ou des télé agrandisseurs adaptés à la maladie et au besoin visuel de chacun.

La cataracte, qu’est-ce que c’est ?

La cataracte est une maladie qui survient vers 60 – 65 ans. C’est en fait, le cristallin cette lentille transparente située au milieu de l’oeil qui s’opacifie et empêche la lumière d’atteindre la rétine. La vision devient trouble particulièrement lorsque la lumière est éblouissante. Elle peut également toucher le jeune enfant, dans ce cas, il s’agit de cataracte congénitale ou acquise. Elle se manifeste par une tache blanche au centre de l’oeil.

La compensation, qu’est-ce que c’est ?

Synonyme de correction, la compensation correspond à votre prescription et donc à la puissance des verres de votre équipement.

La convergence, qu’est-ce que c’est ?

Faculté que possèdent les yeux de fixer simultanément un même point.

La cornée, qu’est-ce que c’est ?

La cornée est la partie antérieure transparente du globe oculaire, en forme de calotte sphérique et légèrement saillante. C’est le premier élément réfractif de l’œil et elle couvre environ un cinquième de la surface de l’œil.

Le cristallin, qu’est-ce que c’est ?

Le cristallin est un élément de l’œil, c’est une lentille souple située entre la cornée et la rétine. Il permet la mise au point et la formation d’une image nette de l’objet sur la rétine. Non déformé, il permet la vision de loin. Sa déformation correspond au phénomène d’accommodation et permet la vision de près.

Le daltonisme, qu’est-ce que c’est ?

Le daltonisme est une anomalie de la vision : la perception des couleurs est altérée.

Les lunettes de sport, qu’est-ce que c’est ?

Les lunettes de sport compensent un défaut visuel (myopie, astigmatisme, presbytie, hypermétropie) tout en offrant une solution adaptée à un sport donné : lunettes de plongée, montures antichocs, filtres de couleurs etc.

La myopie, qu’est-ce que c’est ?

Anomalie de la réfraction où l’image d’un objet éloigné se forme en avant de la rétine, la vue de près est très nette alors que la vue de loin est floue.

L’ophtalmie des neiges, qu’est-ce que c’est ?

Inflammation oculaire liée à une exposition prolongée aux rayonnements solaires (par exemple lors de la pratique du ski sans lunettes de soleil) entraînant douleurs, larmoiements, cécité passagère.

L’ophtalmologie, qu’est-ce que c’est ?

L’ophtalmologie est la branche de la médecine chargée du traitement des maladies de l’œil et de ses annexes. C’est une spécialité médico-chirurgicale. Un examen ophtalmologique complet comprend l’interrogatoire du malade, et un examen physique.

Un opticien, qu’est-ce que c’est ?

L’opticien lunetier est un professionnel de la vue détenteur d’un diplôme d’État (BTS en France). Il réalise les examens de la vue, procède à la réalisation des montages (les verres compensateurs dans les montures de lunettes) et il vend des équipements permettant la compensation des défauts visuels : lunettes de vue, lentilles de contact, loupes, lunettes de soleil, systèmes d’aide à la vision des malvoyants ou de basse vision, etc.

L'orthoptie, qu’est-ce que c’est ?

L’orthoptie est une science complémentaire de l’ophtalmologie qui s’intéresse aux strabismes, aux paralysies oculomotrices, à la rééducation de la vision binoculaire et de la vision fonctionnelle (amblyopie, basse vision…).

La rétine, qu’est-ce que c’est ?

La rétine est la partie sensible de l’œil. Elle reçoit l’image formée par l’œil et la transforme en influx nerveux.

Le strabisme, qu’est-ce que c’est ?

On parle de strabisme lorsque les axes visuels des 2 yeux ne sont pas orientés vers le même objet de fixation. Le strabisme est le fait que le regard de chaque œil ne pointe pas au même endroit.

Les lunettes de soleil, à quoi ça sert ?

Les lunettes solaires protègent les yeux des rayons et de la luminosité du soleil. Des lunettes de soleil efficaces portent la norme CE. Cette norme garantit que les verres filtrent bien les UVA et les UVB et que la teinte des verres est de classe 3, dans les coloris : gris, brun, et gris-vert.

Les lunettes de vue, qu’est-ce que c’est ?

Des lunettes de vue sont constituées d’une monture et de verres correcteurs. Les verres sont prescrits par un médecin ophtalmologiste. Sur la base de cette ordonnance, l’opticien lunetier choisit la monture en fonction du visage du sujet. Il commande et adapte ensuite les verres de vue à la monture.

Les lunettes progressives, qu’est-ce que c’est ?

Les lunettes progressives corrigent les sujets presbytes. Elles offrent une vision nette à toutes distances : de loin, de près et en vision intermédiaire.

Une lentille, qu’est-ce que c’est ?

Les lentilles de vue ou verres de contact corrigent le défaut visuel et se portent devant la cornée.

La décontamination, qu’est-ce que c’est ?

Processus d’entretien des lentilles de contact visant à détruire les germes, les bactéries et les virus.

La déprotéinisation, qu’est-ce que c’est ?

Processus d’entretien des lentilles de contact visant à détruire les protéines responsables de l’encrassement de la lentille de contact pouvant être à l’origine de complications oculaires.

La dioptrie, qu’est-ce que c’est ?

Unité de puissance d’un verre ou d’une lentille correctrice.

L’emmétropie, qu’est-ce que c’est ?

Un œil emmétrope (ou normal) est un œil sans défaut visuel (amétrope).

Le fond d’œil, qu’est-ce que c’est ?

Un examen du fond d’œil permet à l’ophtalmologiste d’examiner la rétine et ses vaisseaux, la papille optique et la macula dans le but de déceler certaines maladies.

Le glaucome, qu’est-ce que c’est ?

Le glaucome est lié à l’augmentation de la pression à l’intérieur de l’oeil. Il peut conduire à la perte totale et définitive de la vue par destruction du nerf optique. Il peut-être soit à angle ouvert soit à angle fermé. Le glaucome à angle fermé est le plus rare, mais le plus grave. Dès les premiers signes (vision trouble, douleur, nausée), une consultation d’urgence est impérative, car sans prise en charge, il peut amener la cécité de l’œil très rapidement.

L’hypermétropie, qu’est-ce que c’est ?

Anomalie de la réfraction où l’image d’un objet se forme derrière la rétine, la vue de près est floue et la vue de loin est nette.

Le kératocône, qu’est-ce que c’est ?

Le kératocône est un trouble visuel héréditaire dû à une déformation importante de la cornée. Cette lentille antérieure de l’œil prend alors une forme de cône, qui lui donne son nom. Cette maladie évolutive apparaît dès la naissance. Elle entraîne un astigmatisme irrégulier qui brouille la vision de loin et de près. Le kératocône se corrige principalement avec des lentilles adaptées ou par la chirurgie.

La contactologie, qu’est-ce que c’est ?

Domaine de l’optique qui consiste à équiper un client en lentille de contact et produits s’y rattachant (exemple : solutions d’entretien). Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.-

Le traitement antireflets, qu’est-ce que c’est ?

Le traitement antireflets augmente la transparence du verre de lunettes. La vision est plus confortable, surtout devant des écrans ou des lumières artificielles. Ce traitement est constitué d’un vernis multicouche complexe, déposé sous vide.

Le traitement durci, qu’est-ce que c’est ?

Le traitement durci augmente la résistance des verres organiques aux rayures. Il est constitué d’un vernis, déposé lors de la fabrication du verre.

Le traitement hydrophobe, qu’est-ce que c’est ?

Le traitement hydrophobe limite la formation de buée sur le verre. Il augmente ainsi le confort de vision et facilite l’entretien des lunettes.

Un verre polycarbonate, qu’est-ce que c’est ?

Verre très résistant, plus léger et plus mince que les verres organiques classiques. Il protège à  100 % contre les UVA et les UVB. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Un verre bifocal (ou double foyer), qu’est-ce que c’est ?

Ces verres permettent de voir de près dans la partie basse et de loin dans le reste du verre. Leur inconvénient est de rendre imparfaite la vision intermédiaire et de provoquer des sauts d’images. Très utilisés autrefois, les verres double foyer ont largement laissé leur place, aujourd’hui, aux verres progressifs, beaucoup plus performants et esthétiques. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Le verre minéral, qu’est-ce que c’est ?

Le verre minéral est résistant aux rayures, mais lourd et se casse facilement. Aujourd’hui, ce type de verres tend à disparaître au profit du verre organique. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Le verre organique, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un verre très léger et résistant aux chocs qui peut être durci pour éviter les rayures. En fonction des différentes matières organiques existantes, les verres organiques peuvent être également très minces et sont utilisables pour tous types de montures. Particulièrement recommandés pour les enfants compte tenu de leur résistance aux chocs. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Le verre polarisant, qu’est-ce que c’est ?

Verre spécialement conçu afin de protéger contre l’éblouissement. En cas d’ensoleillement, ce type de verres est très utile particulièrement pour le confort de conduite et les activités nautiques. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Le verre progressif, qu’est-ce que c’est ?

Il est conçu spécialement pour les presbytes, car il corrige à la fois la presbytie et les défauts visuels présents (myopie, hypermétropie, astigmatisme). Le verre progressif offre une vision nette à toutes les distances de loin comme de près avec une même paire de lunettes. C’est la correction de la presbytie la plus efficace et la plus utilisée. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Le verre solaire, qu’est-ce que c’est ?

Un verre solaire protège vos yeux des dangers du soleil. Des verres solaires efficaces répondent à deux exigences : ils filtrent les rayons nocifs UVA et UVB tout en diminuant la luminosité grâce à une teinte de classe 3, en brun, gris ou gris-vert.

Le verre torique, qu’est-ce que c’est ?

Verre correcteur de l’astigmatisme. Il permet aux astigmates de retrouver une vision nette, de près comme de loin. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Le verre unifocal (ou à foyer unique), qu’est-ce que c’est ?

Il corrige les défauts visuels (myopie, hypermétropie, astigmatisme) et la vision de près pour un presbyte. Ce dispositif médical est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de la réglementation, le marquage CE.

Au plus près
de vous

Trouver un magasin

Nous contacter

Contactez-nous